L’inspection visuelle, permet d’étudier l’intérieur des ouvrages d’assainissement

par

 

L’inspection visuelle, qui permet d’étudier l’intérieur des ouvrages d’assainissement, est l’un des six paramètres intervenant dans la connaissance d’un ouvrage en vue de son diagnostic.

Ces six caractéristiques concernant l’ouvrage sont :

  • Sa situation

  • Son état intérieur

  • Son étanchéité

  • Sa géométrie

  • L’état de son environnement immédiat

  • Sa résistance

 

Principes généraux des inspections visuelles

Objectif opérationnel

Les inspections visuelles réalisées doivent fournir l’ensemble des indications sur l’état intérieur des canalisations, ainsi que sur leurs géométries (flaches, contrepentes, déformations transversales, pénétrations…), permettant alors d’obtenir un diagnostic précis sur l’état apparent de la structure et du fonctionnement de la canalisation.

 

Besoins à satisfaire par les inspections visuelles

Afin de réaliser l’objectif opérationnel expliqué précédemment, les inspections visuelles de réseaux existants sont tenues de répondre aux besoins suivants :

 

Pour les canalisations et branchements

  • Décrire l’état apparent de l’ouvrage étudié, en positionnant et en quantifiant si nécessaire les observations, notamment sur les raccordements de branchement en indiquant leur type.

  • Repérer les anomalies

  • Anomalies structurelles : dégradations de surface, déformations, défauts d’assemblages, effondrements, fissures, obstructions, etc.

  • Anomalies de géométrie : changements de sections, d’orientation, de pente (avec évaluations des flaches), coudes, etc.

  • Anomalies fonctionnelles : obstacles, défauts d’étanchéité visibles, modifications de profil en long, etc.

Pour les regards de visite ou occasionnellement accessibles, les boîtes d’inspections et de branchement, ainsi que les chambres et ouvrages divers.

  • Décrire l’état visuel des ouvrages inspectés, en évaluant (si nécessaire) et en positionnant les observations.

  • Détecter les anomalies

  • Anomalies structurelles : au niveau du tampon, de la cheminée, des systèmes de réduction, des cunettes et banquettes, des raccordements canalisations sur regard, etc.

  • Anomalies fonctionnelles : problèmes d’étanchéité, etc.

 

Méthodes d’inspection visuelle

- Pour les réseaux non accessibles et les canalisations de branchement : Examen visuel indirect passant par l’utilisation d'une caméra d'inspection de canalisations.

- Pour les boîtes d’inspection et de branchement : Inspection visuelle directe à partir de la surface.

- Pour l’inspection des regards : Étude visuelle directe par descente d’opérateurs dans les ouvrages avec le respect strict des règles d’hygiènes et de préventions des risques.

- Pour l’inspection des réseaux accessibles : Examen visuel direct par descente d’opérateurs dans les ouvrages avec prise en compte des règles d’hygiène et de prévention des risques.

 

Prescriptions pour l'exécution des inspections visuelles

Mode opératoire général

- Curage complet préalable avec extraction totale des dépôts non adhérents.

- Remise en eau après curage à l’aide d’un déversement d’eau en amont de l’ouvrage à inspecter, si nécessaire. Ce mode opératoire peut être appliqué par exemple dans le cas d’un réseau pluvial par temps sec (sauf dans le cas de recherches d’eaux parasites où l’on bénéficiera de l’assèchement relatif de la canalisation consécutif au curage).

AGM TEC- 05 61 42 90 63

Tags : inspection visuelle des réseaux d’assainissement